Une grande balade en Porsche 993 : Episode 1

1200 km en Porsche 993 à la découverte du Contentin... Nous allons vous faire vivre à la fois un essai de la Porsche 993 et un récit détaillé d'un parcours touristique. Chez Cockpit nous aimons les autos et le tourisme à la française : authentique, surprenant, gourmand. La partie touristique de ce tour du Cotentin est si riche que vous pourriez y passer trois weekends au lieu d'un comme nous l’avons fait.


Nous découperons donc notre histoire en 4 épisodes Épisode 1: la 993 Épisode 2 : la côte Est et le débarquement de Caen à Cherbourg Épisode 3 : les caps à la pointe du Cotentin : de Cherbourg à la Hague Épisode 4 : les Landes de la côte Ouest de la Hague à Granville

Commençons par parler d’elle avant de découvrir ce terroir ouvert sur les entrées maritimes.

Épisode 1 : la Porsche 993

La 993 est une GT fiable et confortable. Chacun sait que j’aime les Porsche et que j'ai parcouru un nombre impressionnant de kilomètres à leur volant et ce avec peu de modèles : la 356 (sûrement ma préférée), la 911 classic ( la plus exigeante), la 912 (celle qu’il faut découvrir), la 964 (la plus polyvalente) et la 993 (la plus élégante).


Déjà lors de sa sortie elle était moins sportive que sa devancière la 964. Trente ans plus tard (et oui la 993 a trente ans...), c'est encore plus vrai. Avec près de 1400 kg, ses 272 CV ne sont plus une performance surtout en mode Tiptronic. Nombre de SUV et de berlines peuvent lui en remontrer. Alors respectons la pour ce qu'elle fut et demandons lui ce qu'elle peut nous offrir : un ronron unique, des montées en régime très franches, un confort même avec le châssis sport et une fiabilité incroyable.


La 993 est la dernière Porsche à air ; elle succède à la 964 en septembre 1993 et par rapport à sa devancière, tout est repensé et notamment son train arrière. Elle fut présentée en 272 CV puis évolua en 285 CV ou en turbo, ainsi qu'en trois carrosseries : coupé, cabriolet et targa à toit verre. Le modèle que nous avons pour ce périple est une des toutes premières, dans un état proche du neuf. Elle aurait du être de septembre 1993 mais son premier propriétaire, grand pilote de Formule 1 et ami de la famille Porsche a souhaité un modèle exclusif et unique.


Nicola Larini qui a disputé 49 Grand Prix entre 1987 et 1997 voulait une voiture discrète et efficace pour rejoindre les circuits. Elle lui a porté chance car il reporte le prix du DTM en 1993 et se place second à Imola en 1994. De fait, cette 993 est très spéciale ;

  • Tiptronic

  • Châssis sport

  • Pont auto-bloquant

  • Echappement inox

  • Réservoir 92 litres

Mais aussi une teinte spéciale qui sera proposée en 1994 : diamant blue qui a une nuance de bleu par rapport au gris polaire propose. Cette même teinte se retrouve aussi sur les jantes couleur caisse, sur l'aileron amovible et sur la casquette de lunette arrière intégrant le feu de brouillard arrière qui ne sera proposé aussi que sur les millésimes suivants.


A l'intérieur ; un cuir étendu complet bleu marine et sièges ergonomiques. Mais aussi, elle est équipée des palettes au volant qui ne seront disponibles que l'année suivante.



Cette Porsche appartient aux mêmes propriétaires depuis 25 ans et totalise 126000 km avec un entretien simple mais efficace : vidange moteur-boîte tous les 2, 3 ans et elle vient d'être équipée de 12 bougies à têtes en platine. Elle est chaussée de Bridgestone qui lui conviennent bien. Ils n’imaginaient pas la garder aussi longtemps et n’envisagent toujours pas de sens séparer. Ils n'imaginaient pas non plus que leur voiture aurait 25 ans plus tard la même valeur que lors de son achat.


Certains n'aiment pas le Tiptronic de chez Porsche mais avec un peu d habitude et d’anticipation, de mode de transmission en fait une voiture redoutable dotée d’une boîte intelligente à vitesses principales et chacune d'elle a 4 séquences. Pour profiter pleinement de la nervosité et de la puissance de la 993 Tiptronic, nous nous mettons en mode manuel. La voiture devient très amusante et les réactions sont bien plus rapides qu’en mode automatique. Les 4 rapports permettent des vitesses supérieures à la boîte mécanique en raison de la longueur de chaque rapport. Les dépassements sont un plaisir. Le confort des sièges ergonomiques est un vrai plus. La direction et le train avant de cette auto ne « pendulent » pas ; c'est à dire que l'auto tient bien son cap et c'est le signe d'un train avant bien réglé. Celui ci a été fait à 100 000 lors du changement des pneus et des disques.


Les amortisseurs sont toujours ceux d'origine et ne présentent pas de signe de fatigue. Les freinages sont bien ceux d'une Porsche, puissants et surprenants. La voiture semble être sur des rails !

L'autoroute arrive et nous repassons en mode automatique. Quelques pointes nous permettent de constater que l'auto aime cela. Il faudrait pouvoir l'emmener à 250/275 km/h pour la décrasser et modifier la mémoire de la boîte automatique. Cette dernière enregistre toutes habitudes de son conducteur et tente de reproduire sa conduite sur le passage des vitesses. On sent bien que celle-ci a besoin d’être un peu chatouillée.


Apres plus de 1000 km, on s'habitue bien à cette auto, on apprécie sa douceur et la facilité donnée par le Tiptronic quel que soit le mode choisi.


Mais quels défauts lui trouver ?

  1. Le chauffage que l'on peut difficilement doser … tantôt froid tantôt trop chaud

  2. Les essuies glaces en progrès mais encore très en retard sur les concurrentes de l’époque

  3. Les quelques bruits aérodynamiques mais le cockpit date de 1964 !

Et pour quelles qualités ?

  1. La sonorité

  2. La ligne de l’auto et surtout l'arrière

  3. La qualité des matériaux

  4. La fiabilité

  5. Le confort et l’ergonomie

  6. Le plaisir de conduite

  7. Le faible coût d entretien

  8. La disponibilité de toutes les pièces dans le réseau

En petits plus : les petites routes de nuit sont appréhendées sans crainte de ne rien y voir car la voiture a été équipée de 2 ampoules leds de chez Lazer. Ça modifie tout ! C’est la première 993 avec laquelle je vois clair la nuit. Le réservoir de 92 litres permet d'accomplir une grande distance sans avoir à s’arrêter pour refaire le plein ; sur un trajet d'environ 500 km d'autoroute, 400 km de belles routes, 300 km de petites routes, villes et village. La consommation s’établit à 13 litres aux 100.


Côté fiabilité, en 25 ans le propriétaire n’a jamais eu la moindre panne. Les seules pièces qui ont été remplacées sont la serrure de vide poche et régulièrement les deux vérins de capot avant.


La Porsche 993 est donc vraiment une belle auto agréable supportant facilement de ne pas rouler régulièrement mais toujours prête à partir en escapade avec vous.


Comment la choisir ? La 993 encaisse les km et de fait, assurée vous d'avoir la preuve du kilométrage annoncé. Regardez celle-ci, achetée il y 25 ans à 35 000, elle en a à peu près 100 000 depuis soit 4 000 en moyenne chaque année. Les propriétaires disent ne pas s'en servir assez et n'en faire qu'un usage occasionnel. Nombre de 993 ont donc allègrement plus de 150 000 voire 200 000 km.


Méfiez vous des voitures à l'historique non prouvable. En matière de Porsche, n'achetez jamais un prix ! Un prix bas est un signe évident de problèmes à venir ou d'une histoire peu limpide...



Quel est le coût de l'entretien ?

  • Assurance tous risques promenade pour une auto de 60 000€, prévoir environ 600/800€

  • Une vidange filtre à huile 150/200€

  • Vidange boîte environ 100€

  • Changement de la courroie d'allumeur tous les 5 ans

  • 4 pneus de manufacturier, environ 600/800€

Globalement prévoir un budget d’une centaine d'euros par mois pour l’assurance et l’entretien de votre 993. À cela il faudra ajouter le grand entretien tous les 60 000 km ; 12 bougies, courroies, tous les filtres, plaquettes et contrôle du parallélisme. Et tous les 120 000 km, on ajoute les disques de frein



Retrouvez la suite de notre feuilleton et nos balades en voitures anciennes et de collection sur notre blog et pages Facebook ou Instagram